L’histoire de la « Marche des Présidents ».


« Hail, Columbia » – également connu sous le nom de « Marche du Président » – était autrefois considéré comme un hymne national non officiel des États-Unis, avant que « Star Spangled Banner » ne soit déclaré hymne officiel en 1931.

Qui a écrit « Hail, Columbia » ?

La mélodie de cette chanson est attribuée à Philip Phile et les paroles à Joseph Hopkinson. On ne sait pas grand-chose de Phile, si ce n’est qu’il était un violoniste qui dirigeait un orchestre appelé la Old American Company. Il a composé la mélodie de ce qui était alors connu sous le nom de « The President’s March ». D’autre part, Joseph Hopkinson (1770-1842) était un avocat et un membre de la Chambre des représentants des États-Unis qui, en 1828, devint juge fédéral de district en Pennsylvanie. En 1798, Hopkinson a écrit les paroles de « Hail Columbia » en utilisant la mélodie de « The President’s March ».

L’investiture de George Washington

« Hail, Columbia » a été écrit et joué pour l’inauguration de George Washington en 1789. En 1801, le jour de l’an, le président John Adams a invité l’United States Marine Band à se produire à la Maison Blanche. On pense que l’orchestre a interprété « Hail, Columbia » lors de cet événement.

Autres interprétations de « Hail, Columbia ».

En 1801, lors d’un gala du 4 juillet, Thomas Jefferson a invité l’U.S. Marine Band à se produire. On pense également que l’orchestre a joué la chanson à cette occasion. Depuis lors, « Hail Columbia » a souvent été joué à la Maison Blanche lors d’événements officiels.

La chanson aujourd’hui :

Aujourd’hui, « Hail, Columbia » est jouée chaque fois que le vice-président des États-Unis arrive à une cérémonie ou lorsqu’il entre dans un événement formel ; un peu comme la fonction de « Hail to the Chief » à l’arrivée du président. Un court morceau intitulé « Ruffles and Flourishes » est joué avant la chanson.

Trivia « Hail, Columbia » (en anglais)

Joseph Hopkinson était le fils de Francis Hopkinson, l’un des signataires de la Déclaration d’indépendance. Le président Grover Cleveland (en poste de 1885 à 1889 et de 1893 à 1897) et le président William Howard Taft (en poste de 1909 à 1913) n’auraient pas aimé cette chanson.

Les paroles

Voici un court extrait de la chanson :

Hail Columbia, happy land !
Salut à vous, héros,
heav’n-… groupe né,
qui ont combattu et saigné pour la cause de la liberté,
Qui ont combattu et saigné pour la cause de la liberté,
Et quand la tempête de la guerre est passée
Appréciez la paix que votre courage a gagnée.
Que l’indépendance soit notre fierté,
sans jamais oublier ce qu’elle a coûté ;
Toujours reconnaissant pour le prix,
Que son autel atteigne les cieux.

Ecoutez « Hail, Columbia »

Vous ne vous souvenez plus de la chanson ? Écoutez « Hail, Columbia » ou regardez la vidéo sur YouTube.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *